Les premières fleurs de l'année

Avec les jours qui rallongent, l'observation des premières fleurs de l'année fait partie de ces petites choses qui remontent le moral. En janvier, alors que les dernières inflorescences d'achillées fanent, les primevères étalent leurs belles corolles jaunes. Dès la fin du mois, de timides cousines de nos choux bravent le froid avec leurs petites fleurs blanches : c'est le début de tout un cortège de floraisons qui continuera jusqu'à l'automne. Ces plantes modestes annoncent déjà le printemps qui arrive.

Voici l'une de ces brassicacées les plus précoces : la cardamine hérissée. Elle est ainsi nommée car ses fruits allongés dépassent rapidement le haut de la tige. Elle pousse sur les terrains nus, on la voit notamment sur les bords de route, les trottoirs et les vieux murs. Je la trouve toujours sur la terre dégagée du potager, souvent avec les semis de mâche. Quand elle ne gène pas je la laisse car elle est comestible et je la consomme dans ma soupe verte qui est composée d'un mélange de feuilles cultivées et sauvages du jardin. J'aime aussi mettre quelques feuilles dans la salade, elles donnent un petit goût de cresson, d'ailleurs ces deux végétaux sont de la même famille.

Cardamine hérissée :

Cardamine herissee

Voici une autre brassicacée parmi les floraisons les plus précoces : la drave printanière, qui, pour le coup, mérite plutôt d'être qualifiée d'hivernale. Elle forme des colonies de plantes lilliputiennes sur la roche, les vieux murs, les trottoirs, et quand celles-ci dressent ensemble leurs fleurs blanches cela donne un micro paysage vraiment charmant. Les pétales sont profondément échancrés en donnant l'impression qu'ils sont au nombre de huit, or, il y en a quatre comme chez toutes les plantes de cette famille. Ceux qui font de la botanique depuis longtemps connaissent sûrement l'ancienne dénomination « crucifère » de ce groupe, faisant référence à la disposition en croix des pétales. « Brassicacée » provient lui du nom de genre du chou : « Brassica ». Choux, navets, radis, cresson, roquette, moutarde, colza, que d'espèces pour combler nos plaisirs et nos besoins dans cette famille !

Drave printanière :

Drave printanniere2

Encore une brassicacée, mais plus haute que les précédentes : l'arabette des dames. Son cycle court, de la germination à l'apparition de nouvelles graines, en fait la plante préférée des expérimentateurs en biologie et en génétique. Vous la trouverez sur les mêmes lieux que la cardamine hérissée et la drave printanière.

Arabette des dames :

Arabette des dames

Une dernière brassicacée pour la route : la capselle bourse-à-pasteur. Celle-ci est plus robuste que les précédentes, et plutôt que d'avoir une floraison précoce, elle fleurit en réalité toute l'année. On la trouve souvent dans nos jardins et s'identifie facilement grâce à ses fruits caractéristiques, paraît-il en forme de bourse de pasteur.

Capselle bourse-à-pasteur

Capselle b a p 2

Avec son nom si évocateur, voici une plante qui symbolise bien ces floraisons hivernales : le perce-neige. Ses belles clochettes n'apparaissent en effet que pendant une période courte allant de fin janvier à fin février.

Perce-neige :

Perce neige

Même si son nom suggère un floraison printanière, qui est effectivement en plein boum pendant le mois d'avril, on peut voir les capitules de la pâquerette toute l'année.

Pâquerette :

Paquerette

Sur les vieux murs on peut admirer une plante caractéristique de cet habitat particulier : la cymbalaire, autrement appelée « ruine de Rome ». J'ai l'habitude de l'appeler « linaire cymbalaire », mais la génétique a récemment bouleversé la classification de cette famille de plantes et a révélé que la cymbalaire est trop éloignée des linaires pour en faire partie. Elle profite de la moindre anfractuosité dans la roche ou entre deux pierres pour s'ancrer et se développer. Elle est si bien adaptée que les pédoncules (tiges portant les fleurs puis les fruits) se courbent et amènent vers la roche le fruit pour libérer les graines dans une faille ou un creux. Même les graines sont pourvues d'aspérités pour mieux s'accrocher au support.

Cymbalaire, Ruine-de-Rome :

Linaire cymbalaire2

Avec le lamier blanc nous abordons une autre famille botanique importante en nombre d'espèces et en usages : les labiées. Les végétaux de ce groupe sont caractérisés par une tige à section carrée, des feuilles opposées, des fleurs symétriques à deux lèvres, d'où le nom. On y trouve les menthes, le thym, la sauge, la mélisse, la sarriette, le romarin, l'origan, pas mal d'aromatiques donc ! Elle est souvent appelée à tort « ortie blanche » à cause de son aspect général mais n'a rien à voir avec l'ortie, si ce n'est qu'elles se côtoient parfois au jardin.

Lamier blanc :

Lamier blanc2

Le lamier pourpre est proche du précédent. Comme lui il est commun et fleurit toute l'année.

Lamier pourpre :

Lamier pourpre

Je me souviens, pendant ma formation horticole, que nous avions une liste de « mauvaises herbes » à apprendre. Dans cette liste il y avait le mouron des oiseaux, alias Stellaria media. Aujourd'hui, celles et ceux qui enseignent cette matière parlent plutôt de plantes adventices, ce que je trouve plus juste par rapport à ces espèces qui sont spontanées contrairement à celles parfois exotiques de nos jardins. Certes, cultiver c'est choisir, et il faut bien faire la police parfois pour que ce que l'on sème et met en terre ne soit pas étouffé, mais ces espèces sauvages ne méritent pas d'être qualifiées de mauvaises. D'ailleurs le mouron des oiseaux, cette petite stellaire, est comestible.

Mouron des oiseaux :

Stellaria media 2

Je suppose que la véronique de Perse était aussi dans la liste de mauvaises herbes précédemment évoquée car elle est vraiment très commune dans les jardins et les abords des cultures.

Véronique de Perse :

Veronique de perse

C'est toujours un plaisir d'observer et sentir la violette odorante, mais ce n'est pas toujours facile de s'y retrouver parmi toutes les espèces du genre. Celle-ci est soit violette (la majorité des cas), soit blanche, mais avec un éperon toujours violet. Les sépales sont obtus et les feuilles sont disposées en rosette.

Violette odorante :

Violette odorante 2

 

 

 

Bouton accueil 1